Après avoir montré dans nos premiers Café-Psy de cette saison les trois dimensions psychologiques que sont : l’engagement, le désir et la bienveillance et avoir décliné ce qu’il en est sur le plan cognitif, nous allons voir cette fois comment l’amour favorise la sensibilité de chacun.

Ainsi, comme l’illustrait déjà Roland Barthes de manière prophétique : « Les amoureux sont des sémiologues sauvages à l’état pur ».

Nous mettrons en débat comment et pourquoi, l’amour a cette capacité à optimiser notre sensibilité. Et nous généraliserons notre propos en l’appliquant à toute type de relation humaine à condition de distinguer l’amour, de l’empathie, de la compassion.

De quoi faire débat dans les chaumières. Venez encore plus nombreux que la dernière fois… on va s’aimez… intellectuellement parlant… cela va sans dire…

Bien à vous tous. Bdp

 

PageLines- CafePsy4.png

 

 

Laisser un commentaire