Peut-on tout interpréter ?

Les religieux depuis la nuit des temps ont chercher à tout interpréter en lisant dans les oracles, les prophéties,  les textes, la volonté des dieux puis du Dieu unique.

Plus tard, les psys, depuis Feud, nous laissent à penser que tout est interprétable, puisqu’avec la découverte de l’inconscient, tout aurait un sens plus ou moins conscient.

Or, si tout a un sens, en terme de direction tout n’a sans doute pas de sens en tant que signification.

Prenons qu’un exemple les accidents de la vie, qu’ils soient la maladie, l’handicap, la mort ? Comment les interpréter ? S’ils sont voulus par Dieu, celui-ci aurait-il des chouchous qu’ils épargnent et d’autres qu’ils accablent ? Si c’est l’effet de l’inconscient tout cancer peut-il se décoder comme l’effet d’une division subjective non assumer par le Sujet ? Si c’est le cas dans le deux cas nous sommes coupables de notre destruction, ce qui ne va pas aider à s’en sortir…

Soyons sérieux, si dans bien des cas, c’est bien possible qu’il y ait des processus de destruction inconscients, dans d’autres, cela n’est pas du tout sûr, ni certain.

Autre exemple, lorsque quelqu’un se trouve victime d’un attentat, ou d’un cataclysme naturel est-il à nouveau piégé par Dieu pour sa mécréance, ou par son inconscient qu’il n’a pas su écouter ?

Vous aurez noté au passage que ce qui est grave dans un abus d’interprétation c’est surtout à l’égard de celles qui sont négatives. Ceci étant dit, si l’on s’en tient qu’à ces seuls exemples, la monstration est faite que l’on ne peut pas tout interpréter…

Il reste en faire la démonstration en trois temps, en montrant tout d’abord d’où vient l’erreur des interprétations abusives, puis qui peut interpréter et enfin en déterminer les conditions d’interprétation.

Laisser un commentaire